• #buzzPeopleMag

Jane Fonda : ''A 74 ans, je n'ai jamais eu une vie sexuelle aussi épanouie''

Jane Fonda, l'intrépide actrice, est une star de Hollywood qui a traversé la jungle du show-business avec une fougue qui laisse admiratif. A 74 ans, la star, remise en forme après quelques soucis de santé, continue d'exposer sa sérénité, après s'être longtemps cherchée. Elle revient au cinéma dans un film français, aux côtés de Pierre Richard dont elle joue la femme, Guy Bedos, Claude Rich et Géraldine Chaplin, Et si on vivait tous ensemble ? (au cinéma le 18 janvier). Une comédie qui promet de savoureux moments, en attendant, c'est une interview sans tabou qu'elle livre au magazine Paris Match.

A la voir en photo poser telle une diva, difficile d'imaginer toutes les épreuves par lesquelles elle est passée. Un cancer du sein, une mauvaise vue, une hanche et un genou en plastique, de la chirurgie esthétique (elle avait opté pour des prothèses mammaires qu'elle retirera ensuite), Jane Fonda avoue tout.

De l'amour, elle en parlera longuement. Jane Fonda évoque son mariage malheureux avec Tom Hayden dont elle se séparera à 50 ans, des dix merveilleuses années avec Ted Turner, qu'elle finira par quitter car il était "habité par des démons". Désormais heureuse avec le producteur de musique Richard Perry, 69 ans, depuis deux ans et demi, elle est apaisée : "L'amour, c'est exister sans se perdre soi-même." Aucun détail ne manque à la description de sa vie amoureuse, elle qui n'a pas peur d'aborder la question du sexe : "Souvent, quand nous faisons l'amour, je le vois comme il était il y a trente ans. [...] A 74 ans, je n'ai jamais eu une vie sexuelle aussi épanouie." Qu'il semble loin alors le temps où, par peur de le perdre, elle acceptait de faire l'amour à trois pour satisfaire Roger Vadim...

Reine de la gym, elle explique que sa silhouette divine est le fruit de bons gènes et d'un entretien régulier. Son corps a donc su rester parfait, mais cette perfection est aussi liée à un traumatisme : celui provoqué par son père, qui lui disait toujours qu'elle était trop grosse ou qui lui laissait penser que pour s'aimer soi-même, il fallait être parfait. La comédienne n'hésite pas à qualifier sa famille de gens "dépressifs" : "Mon père était dépressif, mais il ne s'est jamais soigné. Ma mère s'est suicidée dans une institution pour malades mentaux alors que j'avais 12 ans." De quoi laisser des traces.

Jane Fonda peut donc être fière de son parcours, elle se targue d'ailleurs d'avoir réussi à faire son come back au cinéma à Hollywood à 66 ans, "un record" ! En effet, après la cérémonie des Oscars durant laquelle elle avait remis un prix, des agents l'ont contacté et elle a tourné avec Jennifer Lopez dans la comédie Sa mère ou moi en 2005.

Force de la vie très investie politiquement également, Jane Fonda a néanmoins des regrets. Elle se souvient de son engagement anti-guerre du Vietnam et du cliché où on la voyait monter sur le siège d'un canon anti-aérien nord-vietnamien coiffée d'un casque militaire à Hanoï en 1972, "visant" les soldats américains. Selon elle, elle a été photographiée sans se rendre compte de ce qu'elle faisait : "Je l'ai payé très cher, et on me le reproche encore. J'irai dans ma tombe en regrettant cette photo."

A noter, Jane Fonda figure au casting d'une nouvelle série en préparation pour HBO, The Newsroom, avec Jeff Daniels et Dev Patel, qui racontera les coulisses d'une grande chaîne d'information, précise TéléObs. Ce show est signé Aaron Sorkin, scénariste d'A la maison blanche, de The Social Network et du Stratège.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le magazine Paris Match du 5 janvier 2012.

source :

A voir aussi

Anniversaire