chargement...
  • #buzzPeopleMag

Miss Dominique, après 50 kilos perdus, n'a vraiment rien à cacher : entièrement nue sur son nouvel album, elle en dévoile trois inédits !

"Cette fois, c'est trop", est-on tenté de la paraphraser : Miss Dominique, après son incroyable métamorphose qui l'a vue se délester de 50 kilos, a décidé d'apparaître complètement nue sur la pochette de son second album, Si je n'étais pas moi, à paraître dès le 8 juin. Et ça la fait rire aux éclats, par surcroît !

"Chanter, être artiste, monter sur scène, c'est se mettre à nu. Tout le monde le dit, moi je le fais, explique-t-elle, hilare ! C'était aussi une façon de tout donner, et ça va vraiment avec le titre 'Si je n'étais pas moi'. Je me montre telle que je suis, avec mes défauts, mes imperfections, se mettre à nu, c'est dire ça. Je suis comme ça et j'assume ça, le fait de ne pas être parfaite, ça pouve du sang dans les veines."

Cette célibattante, après nous avoir dévoilé son nouveau single, C'est trop, nous entraîne à présent dans les coulisses de l'enregistrement de cet album, nous révélant au passage des extraits absolument inédits de trois des morceaux qui y figureront : Le poids de ma différence, Un petit bout d'étoile (qui n'est pas sans faire penser au Rehab d'Amy Winehouse) et Seule sous les projecteurs !

Autant de titres qui font évidemment écho à ses expériences personnelles, des plateaux de Nouvelle Star (dans la saison qui a consacré Christophe Willem) à la solitude et au poids du jugement, du regard des autres.

La finaliste du cru 2006 du télé-crochet de M6, à l'exception d'une reprise (Vivre la vie), signe les douze titres originaux de l'album. A la Nouvelle Star, quelqu'un m'a dit : "Dominique, dans la vie, comme à la Nouvelle Star, on a oujours deux cartes. La première, c'est qui tu es : tu aimes le gospel, la Motown, tu as roulé ta bosse. Et tu as une deuxième carte, c'est où tu veux aller, le public français qui ne te connaît pas, qui n'a pas la même culture que toi (...) Il faut jouer sur les deux tableaux (...) J'essaie d'appliquer ça dans ma vie, j'ai joué ma bonne carte sur douze titres." Et de ponctuer, à contre-courant de la mode actuelle : "Il faut arrêter de croire que les maisons de disque vous transforment."

source :

Last News

Anniversaire