chargement...
  • #buzzPeopleMag
 

Jean-Claude Van Damme, 51 ans : 'La vodka, les bières, c'est fini ces conneries'

Hollywood a beau réécrire sa propre histoire à chaque instant, certaines choses ne changent pas. Re-coolisé avec JCVD (2008) de Mabrouk El Mechri, Jean-Claude Van Damme incarne le méchant terroriste Jean Vilain dans Expendables 2 avec les tas de muscles internationaux Sylvester Stallone, Jason Statham, Dolph Lundgren, Chuck Norris, Jet Li, Arnold Schwarzenegger, Mickey Rourke et Bruce Willis. L'occasion pour cette icône des années 80 de retrouver son rôle de prédilection dans un film-musée sur le cinéma d'action d'antan, dopé aux scènes d'action spectaculaires et ultraviolentes - un autre symptôme des eighties.

Le rendez-vous avait pourtant raté à l'époque du premier film, réalisé par Sylvester Stallone : "Il m'avait offert le rôle finalement tenu par Dolph Lundgren. (...) Si tu écoutes mon agent et tous les gens qui veulent me voir revenir sur grand écran, j'ai commis une énorme erreur. Mais d'un autre côté, c'est aussi bien comme ça. Expendables a été un carton, et quand ils ont eu besoin d'un nom pour la suite, ils sont revenus me chercher. Si j'avais joué le rôle de Dolph dans le premier, je me serais retrouvé avec Expendables 2, 3, 4, 5... Alors que si tu incarnes le méchant, ton apparition sera forcément plus mémorable." Fidèle à lui-même, l'acteur belge répond à toutes les questions de Première avec la même sincérité désarmante.

Absent des plateaux hollywoodiens depuis des années, Jean-Claude Van Damme avoue que le retour à la réalité du blockbuster a été fou : "Avant ça, j'ai enchaîné les films à petit budget avec vingt, parfois seize jours de tournage. Et d'un coup, je suis dans Expendables, qui coûte je ne sais combien, et les gens me traitent différemment, comme il y a cinq-six ans. Ça fait drôle, mais je garde la tête sur les épaules. J'ai tout connu, la montée, la descente, la remontée..."

Alors que les rumeurs de mésentente se sont multipliées autour des Expendables, Van Damme confie que la magie de ces films est liée au fait que "tous les acteurs ont été fans les uns des autres à un moment donné". En l'occurrence, il ne cache par ses anecdotes les plus décalées : "Quand je suis arrivé en Amérique, il y a bien longtemps, j'avais été l'entraîneur de Chuck [Norris] et je lui faisais travailler sa flexibilité. Il y a aussi ce jour où j'avais trouvé la maison de Stallone grâce à ce plan qu'ils vendaient à Los Angeles avec toutes les adresses des stars." Il se souvient aussi de sa rencontre avec Bruce Willis sur Sunset Boulevard : "Je vois Bruce, dans sa bagnole, qui s'arrête à côté de moi. Je lui fais : 'Hey, Bruce ! Tu es Bruce Willis '. Je conduisais une vieille Volkswagen merdique que j'avais achetée 300 dollars, à laquelle il manquait le pare-chocs, et lui était dans une décapotable. Je continue, excité comme un gosse : 'Je suis acteur moi aussi, je vais jouer dans Predator. Je fais le Predator.' Et là, il me regarde et lâche : 'Ouais. C'est bien ce que je pensais.'" Mais pour lui, Stallone reste un cran au-dessus des autres : "C'est quand même le seul mec que je connais qui a trois franchises à son actif : Rocky, Rambo et maintenant Expendables. Arnold a Terminator, Bruce a les Die Hard... Ça s'arrête là. Stallone voit tout ce qui se passe sur le plateau, c'est fou. Il a des yeux dans les fesses."

Cependant, il est le premier à constater qu'une "distance" s'est établie entre toutes ces stars du cinéma d'action : "Quand il y a autant de testostérone concentrée au même endroit, c'est forcément compliqué. Ils avaient tous plusieurs gardes du corps et trois bagnoles qui les suivaient partout. Alors que moi, tu me connais : une voiture, un chauffeur, un bodyguard... C'est relax."

Rétabli sur la scène internationale avec le succès critique de JCVD, Van Damme est bien décidé à y rester : "Je suis plus humble, je fais attention à ma ponctualité, je ne sors plus le soir... La vodka, les bières, c'est fini, ces conneries. J'ai le sport et mes chiens, qui sont toujours avec moi sur les plateaux." La preuve à Madrid, où le comédien de 51 ans a montré ses abdominaux au public avant d'enchaîner avec un coup de pied facial pour le lancement d'Expendables 2. Attendu dans la comédie Welcome to the Jungle avec Adam Brody où il arbore un look improbable, l'action man n'a pas perdu son humour.

Expendables 2, en salles le 22 août.

Retrouvez l'interview dans Première, juillet-août 2012.

source :

Lire aussi...

Last News

Anniversaire