• #buzzPeopleMag

Les échecs du cinéma français en 2011

Le succès d'Intouchables, franchissant les 17 millions d'entrées et dépassant la légendaire Grande Vadrouille au box-office, met les projecteurs sur la réussite du cinéma français en 2011, avec un record de fréquentation en salles (215,5 millions de spectateurs). Parmi les tops du box-office se trouvent également Polisse de Maïwenn, The Artist de Michel Hazanavicius ou encore La guerre est déclarée de Valérie Donzelli. Cependant, dans cet océan de salles complètes, quels sont les films qui n'ont pas reçu les faveurs des spectateurs, malgré les noms prestigieux de leurs réalisateurs ou leur casting alléchant ? Le Parisien/Aujourd'hui en France a listé ces oeuvres qui ont été boudées en 2011.

Avec un réalisateur aussi renommé et un casting savoureux, ces films pouvaient espérer une meilleure carrière dans les salles, et pourtant... Or noir de Jean-Jacques Annaud, fresque épique à la Lawrence d'Arabie, avait de quoi faire rêver avec le césarisé Tahar Rahim, Freida Pinto et Antonio Banderas. Cependant, il n'a attiré que 200 000 spectateurs, un résultat bien maigre pour une production à 38 millions de dollars. Roman Polanski se targuait des éloges de la critique et du public avec The Ghost Writer (environ 1 million d'entrées), mais son Carnage, pourtant mené par un quatuor quatre étoiles, (Kate Winslet, Jodie Foster, John C. Reilly et Christoph Waltz) n'a fait déplacer "que" 370 000 personnes. Dans une moindre mesure, notamment car il a bien réussi à l'étranger, le biopic du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, The Lady de Luc Besson, n'a pas répondu aux attentes, avec seulement 450 000 spectateurs.

Un nom de cinéaste ne suffit donc pas pour attirer les foules : André Téchiné et ses Impardonnables, Carole Bouquet, André Dussollier et Mélanie Thierry se limitent à 200 000 tickets, Philippe Lioret est loin du million de Welcome avec Toutes nos envies, malgré la présence de Vincent Lindon (380 000 entrées) et un sujet de société fort. Patrice Leconte est passé lui aussi inaperçu avec Voir la mer et ses 33 000 entrées. Enfin, l'échec a été lourd pour Mathieu Kassovitz, qui n'a rassemblé que 150 000 spectateurs pour une oeuvre au sujet polémique, au budget important (sans être pharaonique pour autant) et qu'il a portée contre vents et marées : L'Ordre et la morale...

La distribution de stars n'est pas, non plus, un gage de succès. On pouvait croire que le tandem formé par Catherine Deneuve et sa fille Chiara Mastroianniaurait fait gonfler le nombre d'entrées, mais le résultat des Bien-aimés de Christophe Honoré se limitera à 250 000 entrées. De force avec Isabelle Adjani et Eric Cantona se plantera avec moins de 50 000 spectateurs. Les comédies n'ont pas été épargnées avec On ne choisit pas sa famille de et avec Christian Clavier, qui dirige Jean Reno et lui donne la réplique, aux côtés de Muriel Robin : seulement 345 000 entrées. Certes, ce n'est pas catastrophique mais ce sont des chiffres auxquels le fameux "Visiteur" n'est pas vraiment habitué. Ajoutons que Laetitia Casta ne permet pas de sauver Derrière les murs, film fantastique en 3D (15 648 entrées). Parmi ces échecs, difficile de classer Philibert, film de cape et d'épée parodique avec Jérémie Renier, accumulant moins de 60 000 entrées, le pari était aussi audacieux qu'amusant, mais la recette ne prend pas. Dans le monde du cinéma, personne n'est intouchable, ou presque.

source :

A voir aussi