• #buzzPeopleMag

Jacques Chirac : L'ancien président jugé en correctionnelle au TGI de Paris !

Sans surprise, la Cour de cassation a accepté ce 9 décembre que Jacques Chirac, 78 ans, soit jugé lors d'un procès unique en mars au tribunal correctionnel de Paris dans les affaires de financement présumé illicite du RPR à Paris et à Nanterre. La jonction des deux dossiers judiciaires concernant l'ancien président a été validée, comme le souhaitaient ses avocats.

Du 7 mars au 8 avril, Jacques Chirac, redevenu justiciable ordinaire depuis la fin de son mandat de président en 2007, sera donc jugé pour "détournement de fonds publics" et "abus de confiance" dans le dossier parisien, et pour "prise illégale d'intérêts" dans le dossier instruit à Nanterre.

L'affaire parisienne implique neuf autres prévenus et porte sur 21 emplois présumés de complaisance, rétribués sur fonds publics entre octobre 1992 et mai 1995. Celle de Nanterre vise sept emplois présumés fictifs à la mairie de Paris, confiés à des permanents du RPR d'octobre 1990 à novembre 1994.

Dans ces deux affaires, le parquet sera taisant, les procureurs Marin et Courroye ont chacun requis un non-lieu. Quant à la ville de Paris, seule partie civile dans ce dossier, elle s'est désistée de son action en justice depuis l'accord amiable et financier qui assure la prise en charge de son préjudice par l'UMP (pour les 3/4 de la somme qui est de 2,2 millions d'euros...) et Jacques Chirac pour le reste.

Initialement fixé au 8 novembre 2010, le passage de l'ex-président et ex-maire de Paris, devant le Tribunal correctionnel de Paris a été repoussé au 7 mars prochain, tandis que le dossier au tribunal de Nanterre faisait l'objet d'une instruction au même moment. C'est pourquoi que les avocats de Jacques Chirac ont demandé de dépayser le dossier des Hauts-de-Seine afin qu'il puisse être jugé simultanément au dossier parisien.

Face à cette histoire complexe, Jacques Chirac est bien évidemment affecté. S'il n'aborde pas ce sujet avec ses proches, un de ses anciens ministres évoque un "coup de déprime". Se lancer dans le cinéma devant la caméra de Jean-Pierre Mocky, idée du cinéaste qui n'est cependant pas encore confirmée, pourrait lui changer les idées !

source :

A voir aussi

Anniversaire