• #buzzPeopleMag

Roman Polanski : Son autre demande de liberté est aussi... refusée !

Roman Polanski, qui est hospitalisé depuis vendredi 16 octobre à Zurich afin de subir des examens médicaux assez approfondis (lesquels ne pouvaient être effectués en milieu carcéral), vient de se voir signifier une mauvaise nouvelle !

Les juges du Tribunal pénal fédéral de Bellinzone viennent de refuser à leur tour sa demande de liberté, estimant que le risque de fuite est élevé. Le mari d'Emmanuelle Seigner avait pourtant bon espoir dans cette demande, ayant fourni pour la caution pouvant assurer sa représentation son chalet de Gstaad, et autres possibilités d'assignation à résidence.

Roman Polanski restera donc en détention extraditionnelle à la prison de Winterthur (dès qu'il sera sorti de l'hôpital) où il est maintenant depuis plus de trois semaines.

"Une mise en liberté n'entre pas en ligne de compte pour l'instant et la détention de l'accusé durant toute la procédure d'extradition constitue la règle", a souligné la cour, d'après le site Lematin.ch. Il semblerait que la caution du chalet n'ait pas été suffisante dans la forme, car Polanski avait proposé que son bien soit placé sous séquestre et interdit à la vente. Ce n'est pas la même chose qu'une somme déposée en bonne et due forme au greffe. Une telle forme de caution ne satisfait pas aux exigences légales de la justice suisse.

Les avocats du cinéaste peuvent faire appel de cette décision en donnant des garanties financières plus importantes certes, mais il reste encore la possibilité de déposer un recours contre ce mandat d'extradition auprès de la plus haute instance juridique helvétique : le Tribunal fédéral à Lausanne. Ses avocats viennent de confirmer qu'ils déposent immédiatement cette demande.

Son avocat avait déclaré à l'agence Reuters, au sujet de l'hospitalisation de son client : "Le peu que je sais, c'est que M. Polanski a dû quitter la prison pour subir des examens médicaux. Il est clair que M. Polanski est à la fois fatigué moralement et physiquement". Il a ajouté : "Je l'ai vu il y a une semaine et, après l'avoir vu, j'étais vraiment sorti le coeur lourd parce que j'avais le sentiment d'un homme affaibli et inquiet".

Roman paie le prix de sa fuite des Etats-Unis il y a plus de 30 ans pour ne pas passer en jugement, estimant que le juge allait le condamner alors qu'un accord avait été pris pour que le délit qui lui était reproché soit "relations sexuelles illégales avec une mineure âgée de 13 ans". Pour connaître tous les faits, cliquez ici .

 

source :

A voir aussi

Anniversaire