• #buzzPeopleMag

Annie Cordy16 Juin 1928 / Belgique

Annie Cordy

Annie Cordy est née Léonia Cooreman le 16 juin 1928 dans le quartier de Laeken à Bruxelles. Enfant, elle apprend à danser et à jouer du piano. Adolescente, elle se met à chanter et s'inscrit à de nombreux concours qu'elle remporte le plus souvent.

En 1946, à 18 ans, elle est meneuse de revue à Bruxelles quand Pierre-Louis Guérin, le patron du Lido, la repère et lui propose de travailler pour lui. En 1950, elle débarque à Paris, où elle prend son nom de scène Annie Cordy.

Meneuse de revue au Lido, à l'ABC et au Moulin Rouge, Annie Cordy séduit le Tout-Paris par sa beauté et son énergie. Elle fait la rencontre d'un agent Henri Bruneau, qui devient son mari et s'occupe désormais de ses intérêts. En 1952, elle accroît sa popularité en participant au Tour de France avec la caravane publicitaire. La même année, elle est sur scène avec Bourvil dans La route fleurie, une opérette de Francis Lopez.

Annie Cordy débute au cinéma en 1953 dans Si Versailles m'était conté de Sacha Guitry, un film qui réunit tous les grands acteurs de l'époque. Dans le même temps, elle entame une carrière de chanteuse et rencontre un franc succès avec des morceaux comme La petite Marie, Les trois bandits de Napoli ou Léon.

En 1956, Annie Cordy est à l'affiche du film Le Chanteur de Mexico avec Bourvil, mais surtout Luis Mariano, la grande star du moment. Toujours en 56, elle chante au mariage de Grace Kelly et du Prince Rainier de Monaco. Elle enchaîne ensuite les films et les opérettes, donnant l'impression de ne jamais s'arrêter (et de toujours rigoler).

En 1969, elle surprend dans Le Passager de la pluie de René Clément, où elle incarne une mère meurtrie, dont la fille est jouée par Marlène Jobert. L'année d'après, elle est à l'affiche d'un étouffant huis-clos, Le Chat, de Pierre Granier-Deferre avec Gabin et Signoret.

En 1974, Annie Cordy fait un tabac avec le titre La bonne du curé dont elle vend plus d'un million de 45 tours. En 1976, elle monte un spectacle, Nini La Chance, qui remplit l'Olympia pendant un mois. L'été 1980, elle entame une tournée des plages et cartonne avec son nouveau titre, Tata Yo Yo. Elle réédite cet exploit en 1985 avec Cho Ka Ka O.

Affectée par le décès de son mari en février 1989, Annie Cordy noie son chagrin dans le travail. En 1998, elle fête ses 50 ans de music-hall en sortant une biographie et un disque, Hello Dolly, dans lequel elle reprend tous ses tubes. En 2004, Albert II, roi des Belges, lui donne le titre honorifique de Baronne de Belgique. En 2008, elle surprend encore et toujours en jouant la mère de Franck Dubosc dans Disco, le film de Fabien Onteniente.

 

Filmographie :
2008 : Disco, de Fabien Onteniente
2007 : Le Dernier des fous, de Laurent Achard
2006 : C'est beau une ville la nuit, de Richard Bohringer
2004 : Madame Edouard, de Nadine Monfils
2004 : Frère des ours, de Bob Walker
2004 : Le Tuteur (Série TV)
1999 : Un Noël de chien, de Nadine Monfils
1996 : Moi j'aime Albert, de Frédéric Chaudier
1995 : Pocahontas, une légende indienne, de Mike Gabriel
1995 : Vroum-vroum, de Frédéric Sojcher
1994 : La Vengeance d'une blonde, de Jeannot Szwarc
1990 : Orages d'été, Avis de Tempête (Série TV)
1990 : Un été après l'autre, de Anne-Marie Etienne
1982 : Le Braconnier de Dieu, de Jean-Pierre Darras
1981 : Madame Sans-Gêne, de Abder Isker (TV)
1979 : Les Fiançailles de feu, de Pierre Bureau (TV)
1978 : L'Avare, de Jean Pignol (TV)
1977 : Drôles de zébres, de Guy Lux
1976 : Rue haute, de André Ernotte
1975 : Souvenirs de Gibraltar, de Henri Xhonneux
1975 : Isabelle devant le désir, de Jean-Pierre Berckmans
1974 : Commissariat de nuit, de Guido Leoni
1973 : La Dernière bourrée à Paris, de Raoul André
1973 : Elle court, elle court la banlieue, de Gérard Pirès
1973 : Les Gaspards, de Pierre Tchernia
1973 : Le Mataf, de Serge Leroy
1972 : Les Galets d'Etretat, de Sergio Gobbi
1972 : Les portes de feu, de Claude Bernard-Aubert
1971 : Le Chat, de Pierre Granier-Deferre
1970 : La Rupture, de Claude Chabrol
1970 : Le Passager de la pluie, de René Clément
1969 : Ces messieurs de la gâchette, de Raoul André
1969 : Le bourgeois gentil mec, de Raoul André
1967 : Ces messieurs de la famille, de Raoul André
1965 : L'Or du duc, de Jacques Baratier
1964 : Ces dames s'en mêlent, de Raoul André
1960 : Tête folle, de Robert Vernay
1959 : Cigarettes, whisky et petites pépées, de Maurice Regamey
1958 : Tabarin, de Richard Pottier
1957 : Viktor et Viktoria, de Karl Anton
1956 : Le Chanteur de Mexico, de Richard Pottier
1956 : La Belle des belles, de Robert Z. Leonard
1955 : Bonjour sourire, de Claude Sautet
1954 : Poisson d'avril, de Gilles Grangier
1954 : Boum sur Paris, de Maurice de Canonge
1953 : Si Versailles m'était conté..., de Sacha Guitry

source :

A voir aussi

Anniversaire